En moyenne, le crowdfunding de l’immobilier rapporte toujours plus de 9% !


Pour les épargnants qui ne sont pas encore intéressés par le crowdfunding immobilier, ce baromètre ne peut que leur donner des idées d’investissement. En effet, le crowdfunding, qui consiste à prêter des fonds sur une courte durée (en moyenne un peu moins de 2 ans) à des professionnels (généralement une augmentation de fonds propres en complément d’un prêt bancaire) via une plateforme spécialisée, est en effet l’un des rares à faible risque mais non garanti) investissements pour maintenir un rendement élevé : 9,2 % en moyenne au premier semestre 2021.

Démocratisation

Le financement de masse de l’immobilier continue de se démocratiser par les Français jusqu’à il y a quelques années, et la collection ne cesse de s’enrichir. A l’heure où la durée des opérations immobilières s’est allongée dans le contexte de la crise sanitaire, la capacité des plateformes de crowdfunding immobilier à lever des sommes importantes dans des délais très courts séduit de plus en plus de professionnels de l’immobilier. Ils y trouveront la possibilité de générer les nouveaux fonds propres nécessaires au démarrage de chaque nouvelle opération sans stresser leur trésorerie.

Voici les principaux indicateurs de marché pour le premier semestre 2021, selon un baromètre de HelloCrowdfunding et de la plateforme Fundimmo avec 40 plateformes enregistrées par l’AMF ou l’ACPR :

– 408,1 millions d’euros (+ 122% par rapport à la même période en 2020) ont été levés pour financer 468 projets (+ 104%).

– Remplacement de 115,2 millions d’euros (+ 50 % par rapport au premier semestre 2020), correspondant à 188 projets (+ 35 %).

– Le montant moyen par collecte est de 872074 euros (+ 8,5% par rapport au premier semestre 2020).

– Durée moyenne d’investissement 20,5 mois (contre 21 mois au premier semestre 2020).

– Rendement annuel moyen 9,2%.

Vidéo : Financement participatif immobilier : record battu en 2020 ! [Cathy Alegria] (Dailymotion)

– L’afflux le plus important en Ile-de-France a été de 179 millions d’euros en six mois. Il s’agit des régions du sud (77,9 millions d’euros) et de l’Auvergne-Rhône-Alpes (65,2 millions d’euros). Ils représentent à eux seuls 79 % de la collecte totale du marché.

– L’activité des commerçants (achats de biens, qui sont ensuite valorisés puis revendus avec une plus-value) continue de progresser : ils représentent 52,1% du flux total au premier semestre 2021, contre 38,8% en 2020 et 23% en 2020. 2019.

– Les trois plateformes dominent le marché (Anaxago, Wiseed, Fundimmo) et représentent plus de la moitié du flux total du marché. Suivent ensuite les 5 plateformes de taille moyenne qui représentent environ un tiers de la collection.

Augmentation des retards

Cependant, la crise sanitaire a eu des implications sur les délais de construction ou certains retards administratifs, entraînant davantage de retards dans les remboursements. HelloCrowdfunding et Fundimmo baissent désormais un taux de latence de 13,3% (10% en 2020). Un projet est considéré comme retardé lorsque le montant maximum de l’indemnisation contractuelle est dépassé. Ce pourcentage ne tient donc pas compte des petits retards souvent récurrents (conditions météorologiques, travaux plus longs que prévu, préparatifs administratifs, etc.) qui respectent le délai réglementaire de prolongation de 6 mois.

Cette part de 13,3% se divise en 7,1% pour les retards de moins de 6 mois et 6,2% pour les retards de plus de 6 mois. Mais comme le souligne le président de Fundimmon Jérémie Benmoussa, “seuls quelques joueurs ont des retards importants”. Heureusement, les investisseurs connaissant ces retards bénéficieront d’un taux d’intérêt supplémentaire similaire, sauf dans les cas encore très rares d’échec du projet.

Quelques défauts inévitables

Le taux d’insolvabilité moyen, calculé sur la base des projets ayant subi une perte en capital et/ou en intérêts depuis 2012, est estimé à seulement 0,10 %, soit une goutte d’eau dans plus de 2 500 projets financés. Certaines pannes sont susceptibles d’augmenter ce nombre cette année ou en 2022, car à notre connaissance, une dizaine de projets ont désormais plus de 3 ans de retard. Pour certains, le résultat semble déjà joué, et pour d’autres, la probabilité d’insolvabilité partielle ou totale est élevée. Mais quel autre investissement qui rapporte 6 à 7 % en franchise d’impôt sans épargner longtemps peut prétendre à un risque zéro ? On rappelle au passage l’importance de diversifier les paris en ne mettant pas tout dans le même projet.






© Reuters